ETFFIN Finance >> cours Finance personnelle >  >> à terme >> Contrats à terme et matières premières

Les prix du pétrole arrêtent une séquence de 5 jours de victoires consécutives

Recevez quotidiennement toutes les dernières nouvelles sur le coronavirus et plus encore dans votre boîte de réception. Inscrivez-vous ici.

Les prix du pétrole ont mis fin à leur série de victoires de cinq jours malgré un rapport d'inventaire hebdomadaire montrant que les stocks ont augmenté moins que prévu la semaine dernière.

Les stocks de pétrole aux États-Unis ont augmenté de 4,6 millions de barils au cours de la semaine terminée le 1er mai selon l'Administration de l'information sur l'énergie, moins que la construction de 7,76 millions de barils que les analystes interrogés par Refinitiv attendaient. Inventaires, qui a augmenté de 8,99 millions de barils la semaine dernière, ont augmenté pendant 15 semaines consécutives.

Pétrole brut West Texas Intermediate, la référence américaine, a chuté de 2,32 pour cent à 23,99 $ le baril. Le pétrole brut Brent, la norme internationale, a perdu 4,04 pour cent à 29,72 $.

La demande reste problématique car « 50 millions de personnes dans ce pays pourraient être au chômage » d'ici la fin de ce trimestre, Stéphane Schork, rédacteur en chef du journal pétrolier quotidien The Schork Report, a déclaré mercredi Stuart Varney de FOX Business. « Cela se traduit par 40 millions de navetteurs qui ne seront pas sur les routes. »

Le WTI a grimpé de 115% au cours des cinq dernières sessions, car les commerçants ont commencé à fixer les prix dans les États qui rouvrent leurs économies à partir des blocages destinés à freiner la propagation de la pandémie de COVID-19 et la demande de produits pétroliers raffinés tels que l'essence et le carburéacteur revient lentement.

LES ENTREPRISES AMÉRICAINES COUVENT UN RECORD DE 20 M D'EMPLOIS

La demande de pétrole brut a chuté de 30 millions de barils par jour, car les ordres de « rester à la maison » des gouvernements du monde entier ont limité les voyages non essentiels.

À la fois, les plus grands producteurs de pétrole du monde ont commencé à réduire leur production de 20 millions de barils par jour le 1er mai.

Schork a déclaré que la "préoccupation primordiale" est que 50 millions de personnes pourraient être au chômage d'ici cet été, ce qui signifie que 40 millions de navetteurs de moins seront sur les routes. Rien qu'en avril, 20 millions d'emplois ont été supprimés par des entreprises contraintes de fermer leurs portes à cause du coronavirus, selon le gestionnaire de paie ADP.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS SUR FOX BUSINESS

« Nous avons énormément de destruction dans cette économie, et il lui faudra beaucoup plus de temps pour récupérer, », a déclaré Schork.

Contrats à terme et matières premières